Eske Ewen, directrice du CCFA : une belle programmation à Nantes pour les 60 ans du traité de l’Elysée !

Posted on | 2 Comments

 

Cette année, le 22 janvier, le traité de l’Elysée qui garantie l’amitié franco-allemande fête ses 60 ans. Pour l’occasion, nous avons rencontré Eske Ewen, directrice du Centre culturel Franco-allemand, qui propose pour l’occasion une belle programmation à Europa Nantes et ailleurs.

 

Eske, peux-tu te présenter et nous parler de ta fonction au sein du Centre culturel franco-allemand (CCFA) ?

Je m’appelle Eske Ewen, je suis directrice du CCFA depuis septembre 2021. Le principe c’est que le/la direct.eur.rice du CCFA est en contrat avec Nantes Université et occupe une double fonction d’enseignement et de direction. Je suis donc à la fois enseignante au département d’études germaniques à Nantes Université et directrice au CCFA. C’est un poste qui est soutenu par le DDAD (office franco-allemand d’échange universitaire) et qui est une mission pour plusieurs années. Je connaissais bien le centre déjà car après mes études en Master analyse des pratiques culturelles j’ai intégré le CCFA en tant que jeune ambassadrice de Nantes Sarrebruck. Maintenant j’enseigne l’allemand à ces étudiants. J’ai également travaillé 2 ans au DAAD à Paris.

J’ai aussi une troisième casquette puisque je dirige le Festival Univerciné Allemand qui existe depuis 25 ans et qui a lieu tous les ans en novembre.  

J’essaye de lier ces trois fonctions en articulant mes activités à l’Université et au CCFA. Je fais travailler mes étudiants sur certains projets transversaux, de faire des projets culturels dans mes cours, d’intégrer l’équipe du CCFA dans l’organisation du festival.

 

Peux-tu nous parler de l’équipe qui t’accompagne au CCFA pour mettre en place les projets ?

Au CCFA nous avons seulement une personne qui est salariée c’est l’un de nos professeurs d’allemand. L’équipe après est majoritairement composée de services civiques et de bénévoles.

Actuellement nous avons 6 services civiques dont un qui est financé par un programme franco-allemand : la jeune ambassadrice Nantes Sarrebruck.

Le principe c’est qu’il y a une autre personne équivalente à Sarrebruck et leur job est de mettre en place des projets franco-allemand pour les jeunes en collaboration dans les deux villes. Par exemple pour le festival Univerciné, il y a eu la création de la blogger team qui a pris la main sur les réseaux sociaux du centre pendant la durée du festival. Cette même équipe participera au Fames festival en Allemagne, qui est un festival pour jeunes cinéastes. Ces projets permettent de mettre en valeur la complémentarité des deux villes d’un point de vue culturel et c’est dans cet objectif que le programme a été créé car il n’existe pas encore de comité de jumelage pour ces deux villes.

C’est un programme qui nous tient beaucoup à cœur.

Dans l’équipe nous avons également une personne en volontariat qui est soutenue par le DAAD et qui donne des cours de langue aux niveaux d’enseignement supérieurs.

Enfin, nous accueillons au sein du CCFA un volontaire qui bénéficie du programme mobiklasse (c’est un programme que nous accueillons depuis près de 20 ans au centre). Lisann qui occupe le poste va dans différentes écoles pour sensibiliser les jeunes à l’allemand pour qu’au moment où ils auront le choix de leur LV2 à faire, ils aient déjà une notion de l’apprentissage de l’allemand.  Ça permet de les rassurer et leur enlever la peur de la langue.

Et bien sûr comme dans toutes les associations nos bénévoles sont très très importants. Ils font fonctionner l’association et nous ne serions rien sans eux. Notre président, notre trésorier et les bénévoles qui s’occupent de la bibliothèque par exemple sont très engagés. Ils s’engagent en générale pour plusieurs années et c’est très important pour nous.

 

Cette année l’activité du CCFA est fortement impactée par la célébration des 60 ans du traité de l’Elysée, est-ce que tu peux nous en parler ?

Le traité de l’Elysée c’est le traité d’amitié franco-allemand qui a été signé le 22 janvier 1963 par De Gaulle et Adenauer, soit 20 ans après la fin de la deuxième guerre mondiale. En Europe on était encore en guerre froide, c’était encore l’époque de la RFA et RDA. L’idée de ce traité était de créer un socle de paix au centre de l’Europe, de se dire que deux pays qui se sont fait la guerre pendant de nombreuses années pouvaient maintenant collaborer. Il y avait une vraie volonté de créer un continent en paix et en construction.

Le traité touche plusieurs thématiques : les affaires étrangères par exemple (plusieurs ministres français et allemands se rencontrent régulièrement, des décisions politiques sont discutées ensemble et un fil rouge est créé pour qu’il y ait une stratégie commune). Ces dernières années la situation est un peu plus compliquée compte tenu de plusieurs divergences d’opinions sur des sujets comme l’énergie, les centrales nucléaires ou encore la retraite…

Néanmoins les collaborations entre les deux pays continuent notamment grâce à des institutions non politiques créées avec le traité. L’OFAJ (Office Franco-Allemand pour la Jeunesse) notamment est directement créé après la signature du traité (il fête donc aussi ses 60 ans cette année). Sa création a grandement facilité l’échange de milliers de jeunes. Au CCFA nous sommes point info de l’OFAJ donc on fait la promotion de leurs programmes et on est capables de renseigner tous les jeunes ayant envie de partir en Allemagne.

En 2019, le traité de l’Elysée à connu une actualisation avec le traité d’Aix la Chapelle entre Angela Merkel et Emmanuel Macron. Il a permis notamment la création du Fonds Citoyen Franco-allemand qui s’adresse davantage aux personnes à partir de 30 ans là où l’OFAJ se concentre sur les personnes jusqu’à 30 ans.

 

En quoi est-ce important de parler du franco-allemand aux jeunes d’aujourd’hui ?  

Je pense qu’à l’époque de la création du traité, l’idée était surtout de mettre ensemble les personnes après-guerre et de leur faire découvrir une autre Europe. L’allemand était une langue très mise en avant dans l’apprentissage scolaire.

De nos jours, il est important de maintenir la collaboration entre les deux pays et de permettre l’échange de personnes qui ne connaissent pas la langue de l’autre. C’est en impliquant les jeunes et en les sensibilisant à la question qu’on pourra y arriver.

C’est important de garder en tête la volonté de maintenir la paix et la réconciliation des peuples. Certes il existe des différences entre les deux cultures mais depuis plusieurs années maintenant les deux pays ont pu travailler ensemble et mener à bien des coopérations fructueuses.

Il y a un vrai grand réseau construit entre les deux pays. Tellement de choses qui se passent entre les deux pays (culture, recherche…), ça serait dommage que cette construction s’écroule car les jeunes ne s’y intéressent plus. C’est maintenant aux jeunes de prendre le relais pour que cette coopération ne devienne pas un souvenir.

J’ai envie de continuer à travailler avec eux et de continuer à les questionner sur ce qui les intéressent. Avec le franco-allemand, il existe des programmes pour ceux qui sont à l’école, à l’université, pour ceux qui veulent travailler sur un chantier… et je trouve important de leur donner des pistes pour ceux qui ont envie de partir à l’étranger…  

C’est vrai que ce n’est pas évident de trouver des formats qui leur parlent car il y a tellement de canaux de communication qui existent et de différences entre les générations. Mais on essaye et continue de le faire !

 

En quelques mots quel est le programme prévu pour la célébration des 60 ans de l’Elysée ?

Avec le CCFA et de nombreux autres partenaires (dont la Maison de l’Europe à Nantes) nous avons prévu plein de choses pendant tout le mois mais aussi à suivre dans l’année :

  • On démarre vendredi 20/01 : avec un après-midi en partenariat avec la Maison de l’Europe : le Lab’Chat franco-allemand, atelier de brainstorming collectif pour construire des projets franco-allemands, et sensibiliser les jeunes au franco-allemand.
  • On poursuit toujours vendredi 20/01 avec une table ronde à partir de 18h, co-organisée par le département LEA et le département germanique de Nantes Université. Il y aura un plateau qui se constitue de plusieurs experts du franco-allemand, dont par exemple Yves Pascouau, élu à la Ville de Nantes ou encore Morgane Creisméas, référente régionale du Fonds citoyen Franco-allemand
  • La soirée se poursuivra par un concert de l’artiste allemande résidant à Nantes Barbara Zimmer.
  • Pour les tout-petits, samedi 21 après-midi nous organisons un moment jeux et lectures en partenariat avec la crèche franco-allemande.

Comme je l’ai dit précédemment, j’aime bien lier mes activités et j’ai proposé à mes élèves du cours de médiation culturelle et de communication internationale de travailler sur l’organisation d’un concert qui fait venir le groupe allemand Trümmer, dans le lieu éphémère Décadanse, le 26/01.

Enfin, le 31/01 nous proposerons à Europa Nantes la projection d’un Dokulife sur le franco-allemand. C’est format de conférence animée, qui parle du traité de l’Elysée. Elle sera animée par le politologue Iongo Espenscheid qui appuiera sa présentation sur plusieurs images vidéos.

Le festival Univerciné qui aura lieu en novembre aura aussi bien sûr, une petite touche du traité de l’Elysée.

 

Et pour ceux qui veulent aller plus loin, une vidéo en co-production avec la Ville de Nantes paraîtra dans les prochains jours pour expliquer plus en détails ce traité.

Un grand merci à tous nos partenaires, dont la Maison de l’Europe fait partie pour leur soutient et leur aide dans la réalisation de ces projets. Nous sommes heureux d’inviter tout le monde à venir à nos événements et à suivre nos actualités !